'OMER : Lois concernant le compte du 'Omer

C'est une Mitsva de la Torah de compter les 49 jours de l'Omer à partir du second soir de Pessa'h jusqu'à la veille du jour précédant Chavouot.

Pendant la période du 'Omer, il n'y a pas de "Yihoud" dans le Ciel c'est à dire pas d'union. On ne doit alors faire aucun "Lechem Yihoud" durant cette période de 49 jours. Il faudra cependant dire le "Lechem Yihoud" avant de réciter la bénédiction du 'Omer. Les femmes ne comptent pas le 'Omer.

- Si on n'a pas compté de suite après la prière du soir (Arvit), on peut encore compter durant la nuit jusqu'à l'aube.

- Si on n'a oublié le soir et qu'on ne s'en souvient que pendant la journée, on peut compter, mais sans dire la bénédiction. Et le soir suivant, on continue de compter avec la bénédiction.

- Si on a oublié toute une journée, on devra dorénavant compter chaque soir sans la bénédiction et on comptera rétroactivement le ou les jour(s) que l'on a oublié de compter.

- On doit lire le 'Omer debout. Si on l'a fait assis, a postériori, c'est "moutar" (permis).

- Si on a oublié le soir et dans la journée de compter et qu'on s'en rappelle seulement au "Ben hachemachoth" (25 à 27 minutes après le coucher du soleil), on pourra encore compter sans bénédiction et poursuivre les jours suivants avec bénédiction.

- On peut et on doit compter le 'Omer à partir de "Tset Hacokhavim" (la sortie des étoiles).

- Si l'on s'est trompé dans le compte des semaines mais pas des jours, on a quand même fait la Mitsva de Sefirat Haomer. Toutefois, si l'on a bien compté les semaines mais pas les jours, on ne pourra plus faire la bénédiction.

- On ne doit pas dire à voix haute quel jour du 'Omer nous comptons le jour même avant de faire la bénédiction. Cependant, il sera permis de le faire si notre intention n'était pas de compter le 'Omer à ce moment là. On se devra de faire attention également le jour de "Lag Baomer" où l'on peut être amené à dire "Ce soir, c'est Lag Baomer!". C'est en quelque sorte une façon de compter le 'Omer. Toutefois, comme notre intention n'est pas de compter, on passera là-dessus. Pour éviter tout doute, on pourra simplement dire "Ce soir, c'est la fête de Lag Baomer!"

- Plusieurs étapes pour compter : "Lechem Yihoud", la bénédiction, le compte, "Harakhaman", le psaume 67 et "Ana Békhoah".

- Un enfant qui n'est pas Bar Mitsva comptera avec bénédiction, même s'il a oublié de compter des jours pour qu'il prenne l'habitude ("Hinoukh" = éducation).

- Si un enfant non Bar Mitsva a commencé à compter et que sa Bar Mitsva tombe en plein 'Omer, il y a une "mahloket" (une discussion) s'il doit continuer avec bénédiction après sa Bar Mitsva ou pas. Selon certains Possekim (décisionnaires), il ne continuera pas avec bénédiction car il doit compter 49 jours plein et comme il n'est pas obligé de compter avant sa Bar Mitsva, il n'en tire donc pas de mérites. Toutefois, certains le permettent. On suivra l'avis de son Rav.

- Si l'on ne sait plus quel jour compter et que l'on a un doute entre deux jours, par exemple, entre compter 36 ou compter 37, on dira "aujourd'hui, nous comptons le 36e jour du 'Omer", "Aujourd'hui, nous comptons le 37e jour du 'Omer". Le lendemain, on s'assurera qu'il s'agissait bien de l'un de ces deux jours puis on pourra continuer à compter avec bénédiction. On considère ce cas comme un "Sfek Sfeka" (doute du doute).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site