Garde ta langue

Même si au début, prendre sur soi de surveiller son langage n’a qu’une faible utilité, et sert essentiellement à diminuer les fautes pour que nous y soyons un peu moins habitués, cet effort vaut tout de même la peine, car même si on n’évite chaque jour que dix paroles interdites, au bout d’un an cela fera beaucoup plus de trois mille paroles. Et de même que dans l’étude de la Torah, chaque parole est une mitsva individuelle, pour les paroles interdites, chaque parole est une faute individuelle, et chaque faute crée un accusateur individuel. Quand on se maîtrise et qu’on fait l’économie de trois mille paroles interdites, on fait l’économie de trois mille accusateurs, et on a créé à la place des défenseurs, ainsi qu’il est dit: «Si l’homme reste assis sans commettre de faute, on lui donne une récompense comme s’il avait fait une mitsva.»

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×