La femme de Rabbi Hanina Ben Dossa

Chaque vendredi après midi les voisines de Rabbi H’anina ben dosa cuisinaient des h’alot en l’honneur du Chabbat. Dans toutes les maisons les fourneaux étaient allumés et l’on voyait la fumée sortir des cheminées. Une bonne odeur de pain frais se répandait dans toute la rue.

Mais dans la maison de rabbi h’anina le fourneau était vide. Rabbi h’anina était tellement pauvre qu’il manquait de pain et parfois même le Chabbat. Lui et sa femme ne voulaient pas révéler leur pauvreté et espéraient qu’Hachem leur vienne en aide.

Comme la femme de Rabbi H’anina avait honte, elle mettait chaque vendredi matin des branches humides dans son four afin que l’on croit qu’elle aussi faisait cuire des H’alot. Cependant la fumée que produisaient les branches était très épaisse et un jour une voisine mal intentionné décida d’entrer chez Rabbi H’anina pour voir ce que leur four contenait en réalité. Elle tapa à la porte de la femme de Rabbi h’anina en criant : « c’est la voisine, ouvre moi ! ».

La femme de Rabbi H’anina avait trop honte pour ouvrir elle alla se réfugier dans une autre pièce. Puisque la porte n’était pas fermée à clef la voisine entra sans permission, se dirigea vers la cuisine, ouvrit le four et vit… de somptueuses H’alot grandes, dorés, les plus belles du quartier et à côté du four une grande bassine remplie de pâte. La voisine resta stupéfaite et dit seulement : « Voisine, viens vite tes h’alot sont prêtes ! ».

Couverte de honte, elle s’excusa d’être entrée sans permission puis quitta la maison. La femme de Rabbi H’anina comprit qu’Hachem lui avait fait un miracle et remercia le Ciel pour ce si beau sauvetage. (d’après Taanit 24b)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×