Qui aime le chalom et qui poursuit le Chalom

"Qui aime le chalom et qui poursuit le Chalom"

Rabbi Méïr était assis et donnait des cours les soirs de Shabbath au Beit haknesset (à la synagogue) près des sources chaudes de Tibériade. Une femme se tenait là-bas, écouta son cours en attendant qu'il finisse. Lorsqu'elle rentra à la maison, elle trouva les bougies éteintes. Son mari lui demanda où elle était partie tout ce temps-ci?

Elle lui répondit qu'elle était partie écouter le cours de Rabbi Méïr. Son mari se fâcha, la renvoya et lui permit de revenir à la maison qu'après avoir craché au visage du Sage. La femme resta hors de la maison pendant trois semaines. Ses voisines lui dirent:

"Ton mari est encore en colère? Viens avec nous chez Rabbi Méïr et nous te trouverons une solution.

A ce même instant, Rabbi Méïr vit toute la scène par inspiration divine. Il demanda à ses élèves s'il connaissait une femme qui connaissait un charme pour guérir son mal des yeux?

Lorsque les amies de la femme entendirent cela, ils lui dirent tout de suite d'aller chez Rabbi Méïr et de lui cracher dans l'œil.

La femme alla le trouver, mais devant le rayonnement du Tsadik elle fut pris de crainte. Rabbi Méïr la rassura et lui demanda si elle pouvait le guérir en lui crachant sept fois dans son œil. Elle s'exécuta.

Rabbi Méïr lui dit: "Maintenant rentre chez toi et dis à ton mari que tu n'as pas craché une fois mais sept fois à la face de l'orateur."

Les élèves de Rabbi Méïr restèrent abasourdis Ils lui demandèrent:

"Rabénou, est-ce ainsi que l'on méprise la Torah?"

"Ne suffit-il pas à Méïr de ressembler à son Créateur? Lorsque éclate une discorde entre un mari et sa femme, l'Eternel est prêt à effacer Son nom écrit avec sainteté sur du parchemin pour rétablir la paix dans ce foyer.

A plus forte raison que Ses créatures doivent savoir faire abstraction de leur honneur pour amener la paix dans les couples. (Vayikra Raba 9,9)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×