La Téphila

On fait trois pas en avant avant la prière et trois pas en arrière à la fin. Le רמח''ל explique la nécessité de cette préparation. Il nous faut comprendre qu'on ne peut pas entrer dans la téphila si on la considère comme une activité « normale », la téphila n'a rien de normal, c'est un moment particulier, on fait alors trois pas pour quitter les angoisses, quitter le matérialisme,quitter même son corps pour entrer dans le monde de la téphila. La téphila est un monde à part qui nécessite une préparation pour y entrer comme pour en sortir.

ה' שפתי תפתח ופי יגיד תהילתך « D...! Ouvre mes lèvres et ma bouche racontera tes louanges »

Nous commençons notre téphila en reconnaissant que l'outil que nous utilisons pour se lier à D... n'a pas toujours été respecté. Nos lèvres servent bien trop souvent au mal pour venir avec orgueil dire à D... : « j'ouvre mes lèvres pour chanter tes louanges » Si les anges écoutaient,ils éclateraient de rire, et se demanderaient : « Qui sont ces insolents qui se permettent d'utiliser leur bouche,qui leur sert à faire tant de mal, pour s'adresser au maître de l'univers! » C'est pour cela que nous débutons notre prière avec humilité,et admettons nos manquements. Il vaut mieux que ce soit D... qui ouvre nos lèvres plutôt que nous même (יערות דבש). Il est intéressant de constater la démarche de nos sages : Ne pas prier, sous prétexte que notre bouche n'en est pas digne, n'est pas une excuse valable. Mieux vaut reconnaître son erreur et quand même prier. Reconnaître ses erreurs n'est pas un prétexte pour ne rien faire, c'est au contraire la meilleure des raisons pour essayer d'avancer.

« On se prosterne »

Au cours de la téphila on se prosterne. Cette action est très symbolique. Se plier vers la terre c'est se rappeler d'où on vient et où l'on finira. Cette expression de notre humilité devant le Tout Puissant est intimement liée à l'esprit même de la prière. On prie D... parce qu'on a besoin de lui, parce qu'il nous est supérieur, parce que nous sommes faibles. Cette notion est essentielle dans la téphila, en effet il n'est pas possible de venir demander de l'aide à D... sans reconnaître qu'on a besoin de lui.

– Il est intéressant de relever qu'un des obstacles de la prière est l'orgueil. Il nous est difficile d'accepter l'idée que nous dépendons de quelqu'un d'autre. Nous préférons nous débrouiller tout seul et en finalité, lorsque toutes nos ressources sont épuisées,il ne nous reste qu'une personne vers qui se tourner.

– Nos sages disent : « Celui qui ne se prosterne pas verra sa colonne vertébrale devenir serpent » Il ne s'agit pas d'une métamorphose de la colonne vertébrale en un quelconque reptile ; Nos sages nous expliquent simplement qu'il faut apprendre l'humilité, et savoir s'écraser quand il le faut. Manquer à cette règle et refuser de s'écraser, c'est s'exposer au risque de se faire écraser : De devenir un « serpent » et de ramper....(יערות דבש)

ברוך אתה ה « D.. est source de bénédictions »

Toute chose a une origine, l'origine de tout c'est D... Qu'est ce que la bénédiction? Nos sages expliquent qu'il s'agit d'une « amplification ». Donc la première idée développée dans la téphila est que nous nous trouvons devant l'origine de tout, et donc devant la solution à tout. אתה-Toi, nous tutoyons D... en personne, ce n'est pas un manque de respect, c'est tout simplement qu'il est le plus proche de nous, comme on respecte nos parents même si on les tutoie. Il s'agit aussi de se rendre compte que la téphila n'est pas un contact indirect et impersonnel avec D... mais tout ce qu'il y a de plus direct. ה-le nom de D... est composé de trois mots fusionné en un : היה-הוה-יהיה , « il était, il est ,il sera » Nous nous adressons à quelqu'un pour qui il n'y a aucune limite, même la sacro-sainte limite du temps qu'il nous est tout bonnement impossible d'imaginer, n'a aucune incidence sur D...(puisqu'il est aussi à l'origine du temps)

אלוקינו « notre D.. »

אלוקינו - est le pluriel de אל qui signifie « Force ». Le nom אלוקים exprime la maîtrise par D... de toutes les forces de l'univers : בעל הכחות כולם – Le maître de toutes les forces. Il y a malgré tout le possessif : -נו Il ne s'agit pas d'un D... inconnu mais de notre D..., chacun ayant une expérience particulière avec lui et un contact privilégié (השגחה פרטית).

ואלוקי אבותינו « Le D... de nos pères »

Il ne s'agit pas ici de s'appuyer sur le travail déjà effectué par nos pères,mais de les prendre pour exemple,pour savoir comment D.... est devenu « leur D... » pour ainsi construire notre Thora, comme eux l'on fait avant nous. Nous remarquerons:

אלקי אברהם, אלקי יצחק, אלקי יעקב « Le D... d'Abraham,D... d'Isaac et D... de Jacob »

Ce n'est pas juste le D... des patriarches, c'est le D... de chacun,la Thora et la émouna, ne sont pas un héritage que l'on porte mais un héritage que l'on vit. Celui qui ne le vit pas ne pourra jamais le comprendre comme un sourd ne comprendra jamais pourquoi le musicien s'agite tant sur son instrument.

הא-ל הגדול הגבור והנורא « D... grand , puissant et redoutable »

A ce moment on réfléchit sur la grandeur de D... , et on commence à rentrer dans le respect de la téphila. C'est à ce moment qu'on prend conscience de la personne qui va « partager » notre prière. Le Rambam énonce une Halah'a pour le moins déroutante : Une personne qui effectue un voyage, est dispensé de téphila pendant trois jours! Les sages de l'époque écrivirent à son fils Rav Avraham pour qu'il leur explique quelles étaient les raisons d'une telle loi. Et telle fut la réponse : « Vous vous posez cette question car vous n'avez aucune idée de l'intensité avec laquelle mon père priait. Nous étions deux à le tenir, il ne tenait pas sur ses jambes,vous imaginez! il se trouvait devant D....! il en transpirait tellement de peur, qu'il devait changer d'habits au moins trois fois pendant sa téphila. Le jour où votre téphila ressemblera à ça, il vous faudra bien trois jours pour retrouver vos idées après un voyage....... » Voilà quelqu'un qui savait ce que signifiait : « D... grand , puissant et redoutable »

אל עליון « D... très haut »

Toutes les notions évoquées jusque làne peuvent nous laisser entendre que nous comprenons quoi que ce soit au sujet de D... . Il restera à jamais « très haut ». « Celui qui a compris D.... c'est celui qui se rend compte à quel point il n'a rien compris » (חובות הלבבות) La notion qui suit אל עליון est גומל חסדים טובים, on pourrait se dire, qu'une entité tellement haute et différente de nous ne s'intéresse pas à des créatures aussi insignifiante par rapport à lui. D.... nous apprend alors sa conception de la grandeur. Quelqu'un de grand ne s'enferme pas dans son orgueil, mais au contraire s'intéresse aux plus petits et leur apporte assistance. La première fois que D... apparu à Moché ce fut dans un buisson. Le maître de l'univers dans un buisson ! c'était, disent nos sages, pour montrer qu'il participait à notre souffrance. Etre grand ce n'est pas écraser les plus petits, c'est s'occuper d'eux.(אלשיך )

 


גומל חסדים טובים « Qui distribue de bons bienfaits »

Ce sont de bons bienfaits parce qu'ils sont désintéressés, qui pourrait lui rembourser quoi que soit? Ces cadeaux, il n'est pas obligé de nous les donner. Et comment les percevons nous? comme un dû. Et s'il ne nous donne pas ce que nous avons demandé, on a l'impression que c'est D... qui manque à ses devoirs!! N'oublions pas qu'il s'agit de bienfaits ! (רב דסלר). Nos sages expliquent qu'il existe des « bons » et des « mauvais » bienfaits. Offrir un gros bateau avec un petit trou pour couler avec, ce n'est pas un cadeau,de même donner de l'argent à une personne qui se détournera de son étude pour mieux profiter de son argent, ce n'est pas un cadeau. La particularité des bienfaits de D... c'est qu'ils sont garantis : « Sans effets secondaires ». « Les gens ne profitent pas de ce qu'ils disposent parce qu'ils pensent que tout leur est dû ».

 קונה הכל « Tout lui est acquis »

Tout appartient à D... . Donc tout a une place. Notre mission est de mettre chaque chose à sa place, ainsi nous verrons que le monde est une machine bien huilée qui tourne toute seule. (רב דסלר). Il est intéressant de remarquer que tout ce qui existe peut servir le bien du moment qu'il est à sa place.

וזוכר חסדי אבות ומביא גואל לבני בניהם למען שמו באהבה « Il se souvient des bienfaits des pères, et amène la délivrance à leurs enfants par amour »

L'histoire d'Israël est vivante, elle traverse le temps et les époques. Nous sommes les héritiers des Avots, et D... considère les bienfaits comme éternels,le bien que nous avons accompli dans notre vie n'est pas perdu, il est éternel;c'est pour cela que D... continue de nous faire du bien au nom de nos ancêtres. Il nous délivrera par amour, parce que c'est bien d'amour qu'il s'agit entre le peuple juif et son créateur.

מלך ,עוזר , ומושיע, ומגן « Roi ! qui aide,qui sauve et qui protège »

Le roi gère son peuple,et chacun quelque soit sa fonction, se doit de lui obéir. Nous pouvons donc lui demander de l'aide (des moyens,des outils). Dans le cas où on ne peut pas se satisfaire d'une aide, on lui demandera de nous sauver lui même. On raconte qu'un jour, un homme après son décès vint voir son ami dans un rêve pour lui faire part de son expérience. Lorsque je suis arrivé devant D..., je lui ait demandé de montrer à quoi ressemblait le plan de ma vie. Il me montra alors un plan sur lequel était dessiné des pas. Il s'agissait de pas parallèles, il y avait donc deux personnes qui marchaient côte à côte. Je me rendis compte qu'une des marques de pas disparaissait de temps en temps et réapparaissait ensuite. Je demandais alors à D... de m'expliquer ce qu'il en était. IL ma répondit : « Les pas continus sont les miens, je t'ai suivi où tu allais, les discontinus sont les tiens , il arrivait parfois que tu ne tienne plus face aux épreuves de la vie, alors je te prenais dans mes bras et je continuait tout seul. Je te déposais lorsque tu était prêt.»

– Il arrive qu'on se retrouve dépassé par les événements on rentre alors dans une genre de léthargie, et miracle ! le problème s'est réglé tout seul ! comme si un problème qu'on arrive pas à régler avec nos efforts pouvait se régler tout seul. D.... nous a tout simplement pris dans ses bras.

ברוך אתה ה' מגן אברהם « Bouclier d'Avraham »

Le bouclier, est constitué d'un éléments solide, à toutes épreuves, derrière lequel on se cache pour ne pas encaisser les coups de l'adversaire. D... est le bouclier de tous ceux et celles qui ont confiance en lui. On peut disposer d'un bouclier et ne pas s'en servir correctement. D.... est toujours prêt à défendre ceux qui le sollicitent, mais si on refuse de s'en servir et qu'on utilise un autre bouclier (qui portent des noms comme : argent, intelligence, amis etc) il ne faudra pas s'étonner s'il vole en éclats. Hashem est prêt à te servir de bouclier si tu défends les idéaux d'Avraham. A ce moment de la prière on pourra réfléchir à ce point : Je me déclare descendant d'Avraham, je parle au bouclier d'Avraham, est-ce que mes idéaux correspondent à ceux d'Avraham ?? Il est intéressant de constater qu'Avraham hérita d'une qualification spéciale : « Mon aimé». Alors que toute sa vie ne fut qu'une longue épreuve. Parce que le véritable amour ne se construit pas que lorsque tout va bien, mais dans l'épreuve et l'adversité. Avraham n'a pas douté de son bouclier même s'il avait toutes les raisons du monde de se poser des questions, mais amour et confiance sont intimement liés.

אתה גבור לעולם ה « Tu es éternellement fort »

Un des signes distinctifs de la vérité c'est qu'elle est constante. Ce qui était vrai il y a 5000 ans l'est toujours aujourd'hui : Le feu brûle toujours,le travail aide l'homme à avancer,si on veut récolter il faut semer, deux et deux font toujours quatre, et les imbéciles se demandent toujours pourquoi la vie est si cruelle avec eux. (bref, rien de neuf sous le soleil) Pour faire face à ses problèmes l'humanité trouve sans arrêt de nouvelles méthodes, qui elles même seront remplacées par d'autres au fil du temps. Il n'existe donc pas de solution unique ? Pourtant : « D... est fort à jamais » son aide est éternelle, et ne risque pas de se démoder avec le temps. La constance est un trait de caractère qu'il faut apprendre de D... Ce qui nous empêche d'être constant c'est notre facilité à se laisser convaincre. On raconte l'histoire d'un couple de jeunes mariés, qui se rendaient chez eux à dos d'âne après leur mariage. Leurs amis leur firent remarquer que l'âne ne pourrait supporter longtemps le poids de deux personnes, le mari en descendit. Ils passèrent à proximité d'un premier village . Les habitants virent la femme sur l'âne et le mari marchant à côté,il lui dirent alors : « Si dés le premier jour c'est elle qui commande ,qu'en sera t-il par la suite? » La femme ne voulait pas contrarier son mari,elle descendit et lui laissa la place. Ils passèrent alors dans un deuxième village où les habitants lui dirent : « Et la galanterie alors ? Quel est ce comportement envers ta femme dès le début de ton mariage! ». L'homme descendit alors,et ils marchèrent tous les deux à côté de l'âne. Ils passèrent alors près d'un troisième village où on leur fit remarquer que l'âne avait l'air fatigué. Ils se mirent alors à le porter. Lorsqu'ils arrivèrent chez eux, épuisés, et avec un âne sur le dos ,les gens s'écrièrent : « Regardez !! voilà trois ânes qui arrivent ! ».

מחיה מתים אתה « Tu fais ressusciter les morts »

Il ne s'agit pas ici de mort physique. D'ailleurs la phrase est au présent. Il s'agit de notre mort spirituelle. Celui qui se laisse vivre, qui ne ressent plus rien, qu'il agisse bien ou mal est spirituellement « mort ». Certaines personnes se laissent vivre, et ne ressentent plus rien lorsqu'ils font du mal, c'est tout simplement parce que leur sens du bien et du mal s'est éteint. Même si on en est arrivé là, il ne faut pas perdre espoir, notre D... fait revivre les morts.

רב להושיע « Tu multiplie les aides »

On peut se fatiguer à aider les autres lorsqu'ils sollicitent notre aide trop souvent. Ce n'est pas le cas de D... qui multiplie les aides, sans arrêt, sans s'en lasser. Au contraire, D... apprécie qu'on réclame son aide, et n'apprécie pas qu'on l'oublie dans nos problèmes. D'ailleurs les problèmes sont là, pour qu'on ne l'oublie pas!

מוריד הטל משיב הרוח ומוריד הגשם « Qui fait descendre la rosée souffler le vent et tomber la pluie »

Pour un מאמין (personne doté de אמונה ) il n'y a rien de naturel. Le soleil n'éclaire pas, D...éclaire au travers du soleil. La pluie ne tombe pas, D... la fait tomber (כוזרי). Pour un juif il n'y a rien de naturel, la pluie ne tombera pas si on ne demande pas qu'elle tombe. Lorsque vient l'hiver on ne compte pas sur le cycle naturel de la nature pour faire tomber les pluies,on les demande. La téphila n'est pas réservée aux événements extraordinaires, mais même les éléments naturels sont demandés dans la téphila.( רשר'ה -רב ירוחם ליבוביץ ) Rachi sur le חומש ( chap.2 Vers.5) précise : D.... créa les végétaux mais ces derniers ne sortirent de terre qu'avec la prière d'Adam Harishon. La bénédiction que D... nous accorde existe déjà. Elle est toute proche, et c'est la téphila qui la dévoile. Le רמבן dans la parasha בא explique que l'objectif des miracles extraordinaires est de démontrer que tout ce qui nous entoure, même les choses les plus naturels et les plus insignifiants sont aussi des miracles, ils sont juste cachés. C'est la base de notre Thora. Pour avoir une part dans la Thora de Moché il faut être convaincu qu'il n'existe ni « Nature » ni « Hasard », tout dans l'univers est calculé. Nos actions ont des répercutions, et nous récolterons ce que nous avons planté.

מכלכל חיים בחסד « Qui distribue la vie avec bonté »

La vie est la plus grande manifestation de la bonté de D...., on reçoit la vie sans avoir rien fait pour la mériter. On ne pourra peut-être jamais comprendre pourquoi D... nous a donné la vie, mais une chose est sûre : c'est un sacré חסד.

מחיה מתים ברחמים רבים « Qui fait revivre les morts avec de grandes miséricordes »

Il s'agit là d'une résurrection physique. Celui qui nous a donné la vie, est prêt à nous la redonner. Jusque là nous avons vu que D.... est au dessus de tous nos problèmes. Là nous voyons que D... peut nous aider à vraiment tout surmonter. Même la mort ne nous fait pas peur, elle n'est pas insurmontable. (רש'ר הירש). Nous constatons que plus nous avançons dans la prière, plus les limites s'estompent et disparaissent.

סומך נופלים,ורופא חולים,ומתיר אסורים ומקיים אמונתו לישני עפר « Qui soutient ceux qui tombent,qui guérit les malades qui délivre les prisonniers, et qui accomplit sa promesse à ceux qui sommeillent dans la poussière »

La condition pour bénéficier de l'aide de D... c'est tout simplement d'en avoir besoin. Si vous êtes tombés, si vous êtes malade, ou prisonnier, quelqu'un s'en préoccupe. Il peut vous sauver, il suffit de le demander.

– 1) Nous retrouvons ici les trois pièges du yetser – 1) Il nous fait tomber dans le péché.(mais il reste extérieur à nous).

– 2) On peut en tomber malade .(là le péché nous pénètre comme une maladie et notre esprit essaye de lutter contre lui,comme le ferait notre corps).

– 3)On peut en être prisonnier.(lutter semble alors inefficace).

Enfin il est possible que le yetsernous ait tué et même déjà enterré dans le mal. Malgré tout, même si nous gisons dans la poussière on peut encore solliciter l'aide de D... (interprétation libre)

מי כמוך בעל גבורות ומי דומה לך « Qui est comme toi détenteur des puissances,et qui te ressemble? »

Pour celui qui se demanderait s'il pouvait se débrouiller tout seul, ou s'il avait vraiment besoin de l'aide de quelqu'un d'autre, qu'il sache qu'il n'y a rien de comparable à l'aide de D....

מלך ממית ומחיה « Roi qui tue et fait vivre »

Si D... est la solution ultime pour le bien c'est aussi parce qu'il maîtrise le mal. Il est important de savoir que les forces du bien et du mal lui appartiennent, et lui obéissent. Le mal n'est pas une force indépendante,elle appartient et obéit à D...., il n'y pas שתי רשויות. On peut aussi comprendre : Si D... tue c'est pour mieux faire vivre (דבר שלום) . C'est pour cela que cette notion suit celle de résurrection des morts.

ומצמיח ישועה « Qui fait germer la délivrance »

Même s'il n'y a aucune solution apparente, ce n'est pas grave, ayez confiance en D.... pour vous faire « germer » une solution.

ונאמן אתה להחיות מתים « Tu es fidèle à ta promesse de faire revivre les morts »

Un נאמן assure l'autre qu'il accomplira sa promesse coûte que coûte. De נאמן découle le terme אמונה . Un מאמין est quelqu'un d'honnête. Il ne croit pas en D.., il avoue que D... existe. « S'il te l'a promis, ne l'accomplira-t-il pas? s'il a parlé, n'agira-t-il point? » (Nombres 23,18)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site