Paracha Tsav : Résumé

Les points principaux :

- Le sacrifice d’ola quotidien

- La mitsva de prendre une poignée de cendres de l’autel (téroumat hadéchen)

- La mitsva d’entretenir sur l’autel un feu perpétuel

- L’offrande d’initiation du cohen

- L’offrande quotidienne du grand prêtre

- Les chélamim : offrandes d’actions de grâce

- L’interdiction d’égorger un sacrifice dans l’intention de le consommer après le temps prescrit

- Interdiction de consommer les graisses interdites et le sang d’un animal

- Les sept jours d’inauguration du michkan

La parachat Tsav continue à traiter des sacrifices. Mais contrairement à la parachat Vayikra qui traite essentiellement du sacrifice lui-même, la parachat Tsav examine les détails qui accompagnent le sacrifice et la sainteté des sacrifices. Il s’y ajoute les sacrifices pendant la période préparatoire pour la sanctification du Sanctuaire et de l’autel qui a précédé l’inauguration le huitième jour.

La paracha commence par l’holocauste et le feu perpétuel sur l’autel qui s’appelle l’autel de l’holocauste, où le service est permanent, et par l’oblation permanente d’origine végétale, surtout l’oblation du cohen, et continue par les autres sacrifices hautement saints, les lois sur le ‘hatat et la sainteté de tout ce qui y touche, et les détails du acham.

Ensuite il est question de ce qui revient à celui qui offre un des sacrifices hautement saints, à savoir le cohen qui officie. Puis viennent les lois sur les chelamim et le toda, qui sont d’une sainteté moindre et sont mangés par celui qui les apporte. On les met en garde de ne rien laisser qui deviendrait impur, de ne pas manger la graisse et le sang, et de donner la poitrine et la cuisse aux cohanim. L’intronisation des cohanim pour leur tâche de sacrificateurs a lieu pendant les sept jours de l’inauguration.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site