Paracha Vaera

                                                                                        Paracha Vaéra - וָאֵרָא

 
Au début de la Parasha Vaéra, Hachem rappelle à Mochè l’alliance qu’il avait faite avec nos Patriarches et la promesse d’amener le peuple juif en Erets Israël…Moché et Aaron se présentent chez Pharaon sous l’ordre d’Hachem, pour demander la libération du peuple juif… Pharaon demande une preuve sur le pouvoir d’Hachem, Aaron jette le bâton de Moché à terre qui se transforme en serpent. Llorsque les sorciers du Pharaon font la même chose, le bâton de Moché engloutit ceux des sorciers... 

Puis la Parasha Vaéra relate les 7 premières plaies (car 10 au total)… (« Dam » =דם : Le Sang) (« Tsefardéa » =צפרדע : les grenouilles) (« kinim » כנים : La vermine) (« ‘Arov » = ערוב : les betes sauvages) (« Dever » = דבר : La peste) (« she’hin » = שחין : Les ulcères) (« Barad » = ברד : La grêle d’eau et de feu)

 La Parasha commence par le Passouk : וַיְדַבֵּר אֱלֹהִים, אֶלמֹשֶׁה וַיֹּאמֶר אֵלָיו, אֲנִי יְהוָה « Elokim parla à Moché, Il lui dit : Je suis Hachem…» et cite ensuite l’alliance qu’il avait faite avec les Patriarches

 Remarque :

 « Elokim » : אֱלֹהִים c’est le nom de Hachem prononcé en qualité de juge strict (הדין מדת = « Midat Hadin).

« Hachem » : יְהוָה c’est le nom d’Hachem prononcé en qualité de miséricorde (מדת הרחמים = « Midat Hara’hamim »).

- Comment expliquer ces 2 manifestations dans un même Passouk ?

Rachi explique « Elokim parla à Moché » par : Il a instruit son procès (משפט = « Michpat » : justice) pour s’être exprimé en termes durs lorsqu’il lui avait demandé : « Pourquoi as-tu fais du mal à ce peuple ? ». 

Et tout de suite après, Hachem est miséricordieux et promet la délivrance du peuple Hébreu. On apprend de là qu’il faut adopter la même méthode pour le « ‘hinoukh » (l’éducation). En effet, après avoir haussé le ton pour juger une situation et corriger son prochain, il faut revenir à un sentiment d’amour sinon le message ne passera jamais…

 Le Zohar explique : lorsque le peuple d’Israël souffre, les Tsadikim se permettent quelques fois de parler durement à Hachem par amour envers leurs frères... (Nous savons par exemple que quelques fois, en des circonstances très difficiles, le Rabbi de Loubavitch « criait » à Hachem et demandait Pourquoi autant de souffrances pour son peuple ?...)

Selon un « Pirouch » (explication/interprétation) sur Rachi, le mot (משפט = « Michpat » : justice) vient nous enseigner que Hachem approuve les propos de Moché comme étant « justes », car il est du devoir d’un bon leader de défendre son peuple…

Ensuite, Hachem parle à Moché et mentionne la promesse suivante : 

יְהוָה אֲנִי לְאַבְרָהָם לְיִצְחָק וּלְיַעֲקֹב וְנָתַתִּי אֹתָהּ לָכֶם מוֹרָשָׁה וְהֵבֵאתִי אֶתְכֶם, אֶלהָאָרֶץ, אֲשֶׁר נָשָׂאתִי אֶתיָדִי, לָתֵת אֹתָהּ 

« Je vous amènerai vers le pays au sujet duquel j’ai levé Ma main pour le donner à Abraham, Ysaak et Yaakov, je vous le donnerai en possession (héritage), je suis Hachem… »

Les ‘Hakhamim nous enseignent que le mot (מוֹרָשָׁה = possession, héritage) utilisé dans notre Parasha, et aussi utilisé une fois dans la Parasha « Vézote Habérakha » pour le fameux Passouk :

 תּוֹרָה צִוָּהלָנוּ, מֹשֶׁה מוֹרָשָׁה, קְהִלַּת יַעֲקֹב « La Torah que Moché nous a ordonnée est la possession (l’héritage) de la communauté de Yaakov »

Par un rapprochement de ces 2 Psoukim, nous apprenons que Erets Israël sera en notre possession comme la Torah qui doit l’être aussi. Dans le sens où nous devons bien étudier et appliquer la Torah pour posséder la terre d’Israël sans avoir de problèmes, pour ne pas qu’elle nous « rejette, vomisse » comme il est écrit dans la Torah…

Les plaies s’abattent sur l’Egypte…Pour chacune des 10 plaies, Pharaon regrettait et demandait à Moché et Aaron d’implorer Hachem d’arrêter. Mais une fois la plaie stoppée, il revenait sur ça décision. Pour les 5 premières plaies, son cœur se rendurcissait tout seul, mais pour les 5 suivantes, c’est Hachem qui rendurcissait son cœur, afin de multiplier les miracles envers le peuple Hébreux…

1ere plaie (« Dam » =דם : Le Sang), Hachem dit à Moché de dire à Aaron de lever son bâton et de frapper les eaux d’Egypte pour les transformer en sang, comme il est dit : בְּכָלאֶרֶץ מִצְרַיִם וְיִהְיוּדָם וְהָיָה דָם « elles seront sang, le sang sera dans tout le pays d’Egypte… »

Remarque :

Rachi nous fait remarquer qu’étant donné que le fleuve avait protégé Moché quand on l’y avait jeté, ce n’est pas lui qui a tapé sur les eaux, mais Aaron. (Il en est de même pour la plaie des grenouilles où Aaron frappe les eaux du fleuve)

- Pourquoi cette répétition « elles seront sang, le sang sera… » ?

Le Midrash nous enseigne que par cette plaie il y a eu 2 miracles :

1) L’eau est devenue sang et non consommable pour les Egyptiens.

2) Ce sang redevenait eau pour les Hébreux qui voulaient la consommer ou la vendre au Egyptiens... {1er business des Hébreux ! ;o)}

Pendant la 2eme plaie (« Tsefardéa » =צפרדע : les grenouilles), Pharaon appelle vite Moché et Aaron pour implorer Hachem de stopper cette invasion de grenouilles. 

Lorsque Moché se présente à lui et lui demande : לְמָתַי אַעְתִּיר לְךָ וְלַעֲבָדֶיךָ וּלְעַמְּךָ, לְהַכְרִית הַצְפַרְדְּעִים « pour quand j’implorerai pour toi et pour tes serviteurs et pour ton peuple, pour retrancher les grenouilles… » Et Pharaon répond : לְמָחָר « Pour demain !... »

 
- Si Pharaon s’empressa d’appeler Moché et Aaron pour implorer Hachem d’arrêter la plaie, pourquoi a-t-il demandé de stopper celle-ci seulement lendemain et pas le jour même ? 

Les ‘Hakhamim nous enseignent : Pharaon doutait des pouvoirs et de l’existence d’Hachem. Il pensait que Moché et Aaron avaient des pouvoirs magiques, et que s’ils avaient répondu ce jour là, à son appel de détresse, c’est que la plaie allait sûrement (par la limite de leurs pouvoirs magiques) se terminer d’elle-même ce même jour. 

C’est en voulant tester leur pouvoir qu’il fixa l’échéance au lendemain, quitte à souffrir plus…

La 4eme plaie a exterminé tout le bétail des Egyptiens comme il est dit : וַיָּמָת, כֹּל מִקְנֵה מִצְרָיִם וּמִמִּקְנֵה בְנֵייִשְׂרָאֵל, לֹאמֵת אֶחָד « mourut tout le bétail d’Egypte, et du bétail d’Israël il ne mourut pas un… »

Puis pour la 7eme plaie (« Barad » = ברד : La grêle d’eau et de feu), Moché avertit Pharaon :

 וְעַתָּה, שְׁלַח הָעֵז אֶתמִקְנְךָ, וְאֵת כָּלאֲשֶׁר לְךָ, בַּשָּׂדֶה « Et maintenant envoie, mets à l’abri ton bétail et tout ce que tu as dans le champs… »

 
- D’où les Egyptiens avaient encore du bétail ? Et plus tard, à la sortie d’Egypte, d’où l’armée égyptienne eut des chevaux pour poursuivre les Hébreux ?…

 
Rachi explique : quelques égyptiens craignaient déjà Hachem et avaient mis à l’abri leurs animaux pendant la 4eme plaie. Seuls les animaux présents dans les champs sont morts. En effet, Moché avait averti Pharaon des futurs dégâts de la 4eme plaie en disant : הִנֵּה יַדיְהוָה הוֹיָה בְּמִקְנְךָ אֲשֶׁר בַּשָּׂדֶה « Voici la main de Hachem sera contre ton bétail qui est dans le champ »

Un Midrash dit : finalement tous les animaux des égyptiens sont morts, et, bien que Pharaon ait vu le miracle de la 4e plaie qui n’épargna que le bétail des Hébreux, il n’a pas voulu céder et croire en Hachem. Il a décidé de voler une partie du troupeau des Hébreux…

 
1) Ce qui explique d’une part, certains Egyptiens avaient encore du bétail pendant la 7eme plaie (pour les mettre à l’abri) 

2) A la sortie d’Egypte l’armée de Pharaon avait encore des chevaux pour les poursuivre… 

3) C’est aussi un enseignement qui montre que les Hébreux avaient leurs propres troupeaux. 

Ce qui est fondamental, car les égyptiens considéraient leurs bétails comme des Dieux. Or d’après la loi juive, il est interdit de faire des sacrifices avec des animaux qui ont servi à l’idolâtrie. Les Hébreux avaient depuis toujours leurs propres bétails, ils purent par la suite faire des sacrifices à Hachem dans le « Michkan »…

- Mais si les égyptiens vénéraient les bétails comme des Dieux, cela voudrait dire qu’ils vénéraient aussi les bétails Hébreux !! Est-ce toujours un problème pour les sacrifices ?

La Guemara nous enseigne אן אדם אוסר דבר שאינו לשלו (« Ein Adam Osser Davar Shééno Shélo » : Un homme ne peut pas sanctifié une chose qui ne lui appartient pas) cela ne pose pas de problème.

Pendant la 7e plaie (« Barad » = ברד : La grêle d’eau et de feu), Pharaon appelle vite Moché et Aaron pour implorer Hachem de stopper celle-ci et dit :

הָרְשָׁעִים וַיֹּאמֶר אֲלֵהֶם, חָטָאתִי הַפָּעַם יְהוָה, הַצַּדִּיק, וַאֲנִי וְעַמִּי « J’ai pêché cette fois, Hachem est le juste, et moi et mon peuple sommes les méchants… »

Puis Moché sort de la ville pour prier comme il est dit :

 וַיֹּאמֶר אֵלָיו, מֹשֶׁה, כְּצֵאתִי אֶתהָעִיר « il dit à Pharaon quand je sortirai de la ville…je prierai… »

Puis fait remarqué à Pharaon : וְאַתָּה, וַעֲבָדֶיךָ יָדַעְתִּיכִּי טֶרֶם תִּירְאוּן, מִפְּנֵי יְהוָה אֱלֹהִים « Et toi et tes serviteurs, je savais que vous ne craindriez pas encore Hachem-Eloquim »

Rachi ramène l’enseignement de la Guemara : il est interdit de prier dans un endroit de « ‘Avoda Zara » (où l’on pratique l’idolâtrie). 

(Cependant, la Guemara précise : s’il n’y a que des endroits avec beaucoup de circulation et de bruit, il est permis de rentrer dans l’endroit d’Avoda Zara s’il y’a moyen de prier plus tranquillement…)

- Sachant que les égyptiens pratiquaient l’idolâtrie en ville, pourquoi est-il précisé uniquement pour la 7e plaie, que Moché est sorti de la ville pour prier ?

Le Rambane enseigne : Moché est toujours sorti de la ville pour prier Hachem, mais pour la 7e plaie qui était terrible, Pharaon a dit à Moché de faire vite, il lui a alors répondu qu’il fallait qu’il sorte de la ville…

- Pourquoi Moché précise uniquement ici qu’il sait que Pharaon et ses serviteurs « ne craignent pas encore Hachem » ?

La Guemara nous enseigne que la ‘Avoda Zara (des idoles considéraient comme des Dieux) est considérée comme nulle uniquement dans le cas où ses adeptes prennent conscience d’eux-mêmes de sa nullité et décident de ne plus la vénérer...

Or ici, lorsque Pharaon demande d’implorer urgemment Hachem pour stopper la 7e plaie et affirme reconnaître la grandeur d’Hachem…

Mais Moché ne le croit pas et préfère sortir de la ville pour prier car il sentait que Pharaon ne s’était pas encore sincèrement repenti pour reconnaître Hachem et que la « Avoda Zara » était toujours là…

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site