Paracha Yitro

                                                                                      Paracha Yitro : Le don de la Thora

 

Cinquante jours apres l'ouverture de la mer Rouge, D-ieu se devoile encore plus dans l'evenement du don de la Thora sur le Mont Sinai.
C'est la seule et l'unique fois, dans l'histoire de l'humanite, ou les hommes ont entendu D-ieu leur parler directement. Ce caractere public de la revelation constitue la preuve la plus irrefutable de son historicite; un homme peut etre trompe par son imagination, mais on ne peut tromper un peuple entier.

NAASSE VENISHMA (Nous ferons et nous ecouterons)

Lorsqu'ils recurent des mains de Moise la Thora: tout le peuple dit, pour eux memes et pour les generations a venir, d'une voix unanime: "nous ferons et nous ecouterons"; (Ex.24:7) sous entendu tout ce que D-ieu exigera, d'avance sans meme en connaitre le contenu, nous proclamons que nous le ferons; et maintenant nous sommes prets a ecouter quelles sont ces exigences.

Accepter un contrat sans en connaitre les clauses, c'est evidemment un acte de foi; mais surtout cela signifie qu'apres avoir globalement accepte la Loi (Naasse); je suis maintenant pret a en entendre le detail de son contenu point par point (Nishma).
En disant "Naasse" les Hebreux ont adhere au projet global de D-ieu, en disant "Nishma" ils ont accepte les commandements.

Nous meme face a une decision a prendre, nous decidons tantot par esprit d'analyse, tantot par esprit de synthese, ces deux modes de decisions correspondent respectivement: au fonctionnement ordinaire de l'intelligence, et l'autre a celui de l'instinct.

LA SUPERIORITE DE L'INSTINCT

Lorsque nous sommes face a une decision a prendre, c'est parfois apres avoir reflechi et analyse le contenu du probleme, et une fois que nous en ayons compris les tenants et les aboutissants, nous agissons.
Et c'est parfois, sans reflexion prealable, nous suivons notre intuition, et dans ce cas c'est notre instinct qui nous eclaire; il y a des choses dont nous comprenons instinctivement la justesse et la necessite. Au Sinai, l'instinct a pris le pas sur la raison.

En realite les fonctions les plus fondamentales de la vie, celle aussi vitales que la respiration ou le battement du coeur sont commandees par l'instinct et non pas par la raison ou la reflexion.
Il est des choses qui s'imposent avec tellement d'evidence que la reflexion est des lors superflue; c'est ce qui s'est passe avec le don de la Thora, celle ci ne s'est pas imposee comme une contrainte exterieure mais comme une evidence premiere.

Le retour a l'instinct, au primitif, a ce qu'il y a de premier dans l'etre, c'est le retour a l'essence meme de l'ame, non encore alteree par la creation, le temps et l'espace. L'essence d'avant la naissance ou l'ame est entierement consciente; une fois incarnee elle oublie.
Ce "nous ferons" prononce au pied du Mont Sinai est de l'ordre de la memoire au sens Platonicien du terme: cette exclamation signifie: je le savais, mais je l'avais oublie !

LA "HOKHMA" ET LA "BINA"

"Nous ferons" c'est cette intuition globale; la "Hokhma" en terme cabalistique, qui est la connaissance immediate et instinctive de la verite.
"Nous ecouterons" c'est l'entendement, la "Binah" ou les choses deviennent intelligibles parce qu'elles se differencient.
La Thora, c'est la "Hokhma"; les 613 commandements, c'est la "Binah".
Ces deux "Sephirot" ces deux categories sont respectivement figurees et exprimees par les cabalistes par la vision et par l'ouie.
La "Hokhma c'est la perception premiere; la "Binah" c'est l'extension intellectuelle et rationnelle de cette perception.
De meme la vision est immediate; je vois la chose telle qu'elle est je decouvre son essence.
En revanche lorsque j'entend, je percois au second degre, a travers un message, que je dois dechiffrer; developper un systeme intellectuel qui m'en revelera les details.

VOIR LES VOIX

D'autre part la Thora manifeste de maniere eclatante cette unification des deux formes d'intelligence, puisqu'elle dit que les Hebreux "voyaient les voix": "Et tout le peuple voyait les voix, les flammes, le son du chofar..." (Ex.20:15)
Voir ce que j'entends, c'est une situation tout a fait exeptionnelle: la capacite d'apprehender dans leur totalite, et immediatement les choses que je ne percois generalement qu'au second degre.

Lorsque D-ieu s'est revele sur le Mont Sinai les Hebreux ont subi un choc: Ils ont rencontre l'infini, l'absolu; et cepandent, ils sont restes vivants ! Leur ame, chaque fois, s'envolait atteignait les cieux et les cieux des cieux, mais ils restaient hommes face au createur ! C'est cet extraordinaire melange de presence divine et infinie et de presence humaine et finie qui explique la grande crainte que les Hebreux ont ressenti "et tout le peuple qui etait dans le camp fut saisi d'epouvante." (Ex.19:16)

Il y a un texte qui dit que Moise aurait entendu la voix divine partout, a tous les points cardinaux et qu'il entendait meme depuis ses doigts de pieds! Autrement dit les Hebreux sont devenus une sorte de caisse de resonnance de l'infini.
Tout en restant hommes, ils ont cesse d'etre separes. Ils ont entendu la voix non pas de l'exterieur mais de l'interieur, depuis leur propre interiorite ! C'est la le sens profond de l'expression: "Et tout le peuple voyait les voix."

L'INFINI DANS LE FINI

Le Divin a penetre dans l'etre. D-ieu en descendant sur le Mont Sinai, c'est l'infini qui envahit le materiel.
L'evenement du Sinai c'est essentiellement l'irruption de l'infini dans le fini.
La realite materielle acquiert ainsi une dimension nouvelle; l'infini est en moi ! je ne peu meme plus me refugier en moi meme: je suis envahi par lui.

D-ieu en revelant sa volonte dans l'expression des dix commandements, a en quelque sorte revele son essence; car le devoilement de la volonte c'est, dans une certaine mesure, l'essence meme de la personne.
En comprenant l'essence de la Thora, je percois ce qu'est l'essence de D-ieu, en tous cas de son immanence. Car tout ce que je puis connaitre de D-ieu c'est sa volonte; donc connaitre sa volonte, c'est le connaitre. Je ne puis aller au-dela.

Le pouvoir de la Thora emane uniquement du fait que D-ieu y a integre sa precieuse influence. Ainsi, parler ou s'instruire de la Thora engendre automatiquement l'epanchement de cette influence. Or cette influence de la Thora releve d'une dimention divine, et exprime le niveau supreme parmi tous les niveaux de l'emanation de D-ieu s'epanchant sur les hommes.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×