Donner la Tsédaka pendant la prière

Peut-on faire la Tsédaka pendant la 'Hazara de Min'ha ou est-ce déconseillé du fait que cela fait du bruit et de plus, la personne qui fait la Tsédaka n'est pas concentrée pendant la 'Hazara?

Il est tout à fait recommandé de donner la Tsédaka avant la prière (particulièrement le matin), comme il est dit : « Ani Bétsédèk A’hazé Panékha ». Ce qui signifie que par la Mitsva de la Tsédaka j’aurai le mérite de contempler Ta Face.

Certains ont l’habitude de donner, lors de la prière du matin, au moment où l’on dit : « Véha’ochèr Véhakavod Miléfanékha Véata Mochèl Bakol » (la richesse et l’honneur sont devant Toi et Tu règnes sur tout).

D’autres s’appliquent à donner au moment où ils disent : « Véata Mochèl Bakol » au moment où l’on dit « Bakol ». Il en et de même avant la Téfilla de Min’ha.

Par contre on ne devra pas le faire pendant la ‘Hazara (répétition de la ‘Amida) car cela empêche de se concentrer sur les paroles de l’officiant et l’on risque par ailleurs, de ne pas répondre à ses bénédictions.

De la même manière on ne le fera pas pendant la lecture de la Tora, car cela empêche d’écouter attentivement la lecture et de répondre « Amèn » et à « Barékhou ».

Il est essentiel de préciser ici l’importance primordiale de la ‘Hazara que l’on a malheureusement trop souvent tendance à dénigrer. C’est un moment où il est interdit de parler et où l’on doit se concentrer pour écouter tous les mots de l’officiant afin de répondre « Baroukh Hou Oubaroukh Chémo » et « Amèn ».

Par ailleurs le Ari Zal insiste sur le fait que la répétition de la ‘Amida par l’officiant permet d’atteindre, pour celui qui la suit en se concentrant, des niveaux d’élévation nettement supérieurs à ceux qu’il pourrait atteindre lors de sa « ‘Amida » individuelle .

En conclusion : On ne doit pas donner la Tsédaka pendant la répétition de la prière.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×