Heures limites de la prière du matin

Cas d'une personne qui n'a pas fait le Kéryate Chéma' de Cha'hrite à l'heure. Doit-on faire les Bérakhote avec Chèm Oumalkhoute, depuis Baroukh Chéamar jusqu'au Bérakhote de Chéma' comprises ? Fait-on la Bérakha de Gaal israel avec Chèm Oumalkhoute ?

Nos Sages nous rapportent dans la Guémara, un principe général : Un homme aura l’obligation de toujours louer « Hakadoch Baroukh Hou » avant de s’adresser à lui par la prière (‘Amida). C’est la raison pour laquelle, ils ont institué l’obligation de dire les « Péssouké Dézimra » (qui sont un recueil de Téhillim, donc de louanges à D.), ainsi que « Achré » avant la « ‘Amida ».

De cette manière, on pourra se présenter devant D. en débutant la prière dans un état de soumission dû à la conscience de lagrandeur et du merveilleux de ses actes. On sera alors en condition pour prier D. avec joie et humilité. On voit par ailleurs chez les décisionnaires que l’on ne peut pas dire les «Péssouké Dézimra» (en tant que Mitsva avec ses Bérakhote), après la « ‘Amida ».

Vous comprenez donc que les « Péssouké Dézimra » (avec leurs deux Bérakhote : « Baroukh chez Amar» et « Ichtaba’h ») ne sont aucunement liés à la lecture du « Chéma’ Israël ». Par contre ils sont intimement liés à la « ‘Amida » (Chémoné ‘Ésré). On ne pourra donc dire les Bérakhote des « Péssouké Dézimra » que lorsqu’on fera la Mitsva de les dire à leurs place (c’est à dire avant la « ‘Amida ») et en leur temps (c’est à dire, tant que la « ‘Amida » est elle même une Mitsva).

Or, nous avons l’obligation de faire la « ‘Amida de Cha’harite » (prière du matin) dans le premier tiers de la journée, soit depuis le lever du soleil jusqu’à la fin de la quatrième heure du jour.

Cependant le Choul’hane ‘Aroukh précise que, de la quatrième à la sixième heure, ce sera encore permis, mais on aura perdu le salaire d’une Mitsva réalisée en son temps. Après la sixième heure (soit le midi vrai de la journée), il sera interdit de faire la prière du matin. On pourra donc faire les Bérakhotes des « Péssouké Dézimra » tant qu’il sera possible de finir la «‘Amida » avant la fin de la quatrième heure. (Soit une heure de plus que la fin du temps de la lecture du «Chéma»).

Il en est de même pour ce qui concerne toutes les bénédictions dites «Bénédiction du Chéma’» (avant et après). Malgré leur appellation, elles ne sont pas liées au « Chéma » mais à la « ‘Amida ». On pourra donc les dire avec « Chèm Oumalkhoute » (le Nom de D. et la mention de sa royauté) comme pour les « Péssouké Dézimra » tant qu’il sera possible de finir la ‘Amida » avant la fin de la quatrième heure. Et ceci, bien que l’heure limite de lecture du « Chéma’ » (la troisième heure de la journée) soit passée. Après la quatrième heure, on ne pourra plus dire les bénédictions du «Chéma’». 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×