Questions portant sur les Berakhot pour les aliments

Questions traités :

- Lorsqu'on fait par ex chéakol avec seulement l'intention de manger du chocolat, a t-on le droit de manger un bonbon sans refaire la braha?

- A t-on le droit lorsqu'on fait une braha d'aquitter tous les aliments qu'on va manger concernant cette braha (ex: je fais chéakol en ayant l'intention d'acquitter tous les éléments chéakol, je bois de l'eau et je mange un bonbon ensuite sans faire de braha?)

- Quel est le temps d'attente maximal entre la braha richona et la braha aharona? Si je dépasse ce temps, je n'aurai plus le droit de faire la braha aharona? Et est ce permis de faire la braha aharona dans un autre endroit que celui où on a fait la braha richona?

- Est-ce vrai qu'on ne fait pas de braha aharona sur les bonbons et les boissons chaudes?

- Pour séouda chélichit, certains se contentent d'un gateau ou d'une petite collation. Est ce permis? Est-on obligé de faire motsi sur lehem michné pour ce 3eme repas de Chabbat?

Réponses du Rav Ron Chaya :

Si on a mangé du chocolat et qu’on n’a pensé clairement en faisant la brakha à n’acquitter que le chocolat et rien d’autre, on devra refaire la brakha sur un bonbon. Si on a pensé clairement que la brakha acquittait aussi un éventuel bonbon par la suite, alors on ne la refait pas.

Si on a fait la brakha en ne pensant rien de spécial, on ne refera la brakha sur le bonbon que si le bonbon est prioritaire dans les lois de priorité des brakhot.

Pour tous les aliments, on donnera la priorité à l’aliment que nous préférons. Donc si le bonbon est meilleur que le chocolat, on refera la brakha, même si on n’a pas fini le chocolat. Sinon, non.

En ce qui concerne les fruits, il y a une makhloket si on donne la priorité au fruit qu’on préfère ou au fruit prioritaire par rapport à l’ordre des fruits par lesquels la terre d’Israël a été louée : en premier l’olive, puis la datte, le raisin, la figue et la grenade. De plus, ces derniers sont prioritaires par rapport à tous les autres fruits.

Donc si on a fait le brakha sur une pomme et qu’on nous amène un autre fruit, si celui-ci est meilleur ou si c’est un des 5 fruits susmentionnés, on refera la brakha, même si le premier fruit n’est pas terminé. Sinon, non.

Si le premier fruit était un des 5 fruits et que le deuxième est meilleur que le premier, ou l’inverse, dans tous les cas on ne refera pas la brakha car il y a une discussion pour savoir quel fruit est prioritaire (comme dit plus haut). 
Si on a mangé du riz et que se présente à nous des mezonot constitués de farine de céréales, on refera la brakha.
J’espère que j’ai été clair. Il est écrit dans le Choul'han Aroukh que pour sortir de ce genre de problèmes, le mieux, quand on fait la brakha sur du chocolat par exemple, est de penser à nous rendre quitte de tout ce qu’on pourrait manger après qui a la même brakha, y compris les boissons. Si je mange un aliment sans pensée spéciale en faisant la brakha, et qu’on m’apporte une boisson, dans tous les cas, même si je n’ai pas fini l’aliment, je referai la brakha sur la boisson. Si la boisson était devant moi lorsque j’ai fait la brakha sur l’aliment, même si la brakha a été faite sans pensée spéciale, on ne refait pas la brakha
Le rav Ovadia Yossef a un avis différent et tranche qu’il n’y a pas de différence entre la loi qui concerne deux aliments l’un après l’autre et la loi d’une boisson avant ou après un aliment.

Jusqu’à quand peut-on faire la brakha a’harona ?


Pour les aliments :
Si on est rassasié, on a a priori 1h12 pour la faire, et a posteriori tant que l’appétit n’est pas revenu. Si on a un doute à ce sujet (si l’appétit est revenu ou pas) : si on a mangé du pain et qu’on a été rassasié, on fait le birkat, sinon on ne pourra plus le faire. Pour les autres aliments, dans tous les cas de doute au sujet du « retour » de l’appétit on ne pourra plus faire la brakha. Si on n’a mangé que peu et qu’on n’est pas rassasié, a priori on fera la brakha immédiatement, a posteriori dans la demi heure qui suit. Si on a mangé du pain, on a jusqu’à une heure.
Pour les boissons :
On peut faire la brakha tant qu’on se sent désaltéré par la consommation de la boisson,. Si on a de nouveau soif, on ne peut plus la faire. Si on a un doute au sujet de la soif, on a au maximum 1 /2 heure pour faire la brakha.
Attention, quand il fait chaud ou quand on fait du sport, il faudra immédiatement faire la brakha car très rapidement on a de nouveau soif et on peut perdre la brakha.

On ne fait la brakha a’harona que si on a consommé un volume d’aliment de 28 ml en 4 minutes au moins ou, pour les boissons, si on a bu une quantité de 86 ml d’un coup. Dans tous les autres cas on ne fera pas la brakha a’harona. Néanmoins, pour ne pas entrer dans un safek, on essaiera de manger soit plus de 28 ml soit moins de 19 ml. De même, on boira soit 86 ml d’un coup, soit moins de 19 ml par 4 minutes.

Il n'y a l’obligation de faire la brakha a’harona à l’endroit où on a mangé que pour birkat hamazon et méein chaloch. Pour boré néfachot, on pourra faire la brakha même autre part.

A propos de séoudat chlichit (Choul'han Aroukh chap 291 alinéa 5) :
« Il faut la faire avec du pain. D’autres disent qu’on peut la faire avec n’importe quel aliment fait avec les cinq céréales. D’autres disent qu’on peut la faire avec des aliments qui accompagnent le pain (viande ou poissons, mais pas fruits et légumes). D’autres disent qu’on peut la faire même avec des fruits et des légumes. L’essentiel est comme le premier avis, avec du pain, à moins d’être complètement rassasié ».

Le Rav Ben Tsion Abba Chaoul dit que si on a des gâteaux qui ne respectent pas les 3 conditions suivantes à la fois, ils peuvent être considérés comme du pain et on peut même a priori faire séoudat chlichit avec :
- S’ils sont croustillants
- S’ils sont fourrés
- Si la pâte est pétrie avec des œufs, du sucre, de l’huile… de façon à ce que la pâte n’ait plus un gout de pain mais de gâteau 
Si ces trois conditions sont remplies à la fois, ce n’est plus du pain. De même, si la pâte était liquide, ce n’est pas du pain et on ne pourra pas faire seoudat chlichit dessus a priori.

Si possible on fera seoudat chlichit sur lekhem michné, ou sur deux gâteaux si on le fait avec des gâteaux.
Petite parenthèse : il est écrit que la séoudat chlichit a la segoula de protéger durant Gog ou Magog. Vu qu’il est très très très probable que cette année nous vivions Gog ou Magog, il est donc très conseillé de faire séoudat chlichit comme il se doit.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site