Béréchit : La création du monde, Jour 2 : Les cieux, Jour 3 : La terre et les mers

undefined

 

7. D.ieu fit le firmament, opéra une séparation entre les eaux qui sont au-dessous et les eaux qui sont au-dessus du firmament, et il en fut ainsi.

8. D.ieu nomma le firmament : « Chamayim », forme contractée de Cham Mayim, « Là-bas, de l’eau ». Il y eut le soir, il y eut le matin – deuxième jour.

9. D.ieu dit : « Que les eaux répandues sous le ciel à la surface de la terre tout entière soient rassemblées en un même point, dans l’océan, qui est la plus grande mer. Et il en fut ainsi.

10. D.ieu nomma le sol « terre », et l’agglomération des eaux Il la nomma « mers ». Et D.ieu considéra que c’était bien.

Commentaire sur le verset 1.7 : A la différence des autres jours, la Tora ne dit pas ici : « D.ieu vit que c’était bien ». En effet, la répartition des eaux ne fut pas achevée le jour même – et un travail inachevé, imparfait, n’est pas « bien ». D.ieu acheva la répartition des eaux le troisième jour en même temps qu’une autre création. C’est pourquoi, l’expression « D.ieu vit que c’était bien » apparaît, ce jour-là, à deux reprises.

En hébreu, les lettres du mot « RaKiy’A », qui désigne le firmament, se retrouvent dans le verbe « liRKo’A », déchirer. La Création implique une déchirure que l’homme essaie de réparer et de recoudre tout au long de l’Histoire. D’après le Kéli Yakar, le nom de « RaKiy’A » fut changé en Chamayim parce qu’il contenait justement la notion de déchirure et de séparation. Cela explique aussi pourquoi l’expression « Et D.ieu considéra que c’était bien » n’apparaît pas le deuxième jour.

Commentaire sur le verset 1.9, tiré du Midrach Rabba : Au moment de créer la mer, le Saint béni soit-Il conclut « un pacte » avec elle : après la sortie d’Egypte, elle devrait se fendre devant le peuple hébreu. Selon certains, ce n’est pas seulement avec la mer que le Saint béni soit-Il conclut un pacte, mais avec tout ce qui a été créé en six jours. Il donna ordre aux cieux et à la terre de faire silence lorsque Moché dira (Dévarim 32.1) : « Cieux, prêtez l’oreille et je parlerai, terre écoute les paroles de ma bouche». Il donna ordre au soleil et à la lune de s’immobiliser à la demande de Yéhochoua’ (Yéhochoua’ 10.12) ; aux corbeaux de nourrir le prophète Elie (Mélakhim I -17.4) ; à la fournaise ardente d’épargner ‘Hananya, Michaël et ‘Azaria ; aux lions d’épargner Daniel ; aux cieux de s’ouvrir à la demande du prophète Yé’hezkel ; et au poisson de vomir le prophète Yona. (Yona 2.11).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site